favicon

Sois forte : l’injonction parfaite pour finir totalement épuisée et découragée

Sois forte : l’injonction parfaite pour finir totalement épuisée et découragée

Tu es du genre toujours plus, à serrer les dents en permanence ou presque, parce que tu es persuadée que pour avancer dans la vie, il faut forcément que ça se passe dans la douleur ? Tu as appris qu’il faut travailler dur et qu’il faut mériter les choses. Alors tu passes ton temps à te répéter : sois forte, fais des efforts. Sauf qu’au final, tu es épuisée, tu perds patience et tu te décourages. Tout cela te parle ? Alors je t’invite à lire la suite, car je vais t’expliquer d’où cela vient, pourquoi tu fais cela et comment en sortir même si tu as la tête dans le guidon.

Sois forte et fais les choses en force, c’est très différent !

Quand on parle de force, il y a deux options possibles. Tu peux utiliser ta force naturelle ou bien, tu peux faire les choses en force. Or, ce sont deux manières de réagir très différentes.

En effet, faire en force, c’est aller à l’encontre de toi-même. Cela implique d’aller puiser dans tes réserves et donc de t’user.

Au contraire, utiliser ta force naturelle permet de respecter tes limites et ton rythme. C’est le moyen d’exploiter au mieux ton potentiel et d’être dans ta zone de génie.

Tu vois la différence ?

Mais il y a fort à parier que si tu lis ces lignes, tu sois dans un schéma où tu essaies de passer en force en permanence parce que c’est profondément ancré en toi : sois forte !

C’est pour cela qu’il est essentiel d’apprendre à se connaître. Je sais que je le répète souvent, mais c’est parce que j’en suis convaincue : la connaissance de soi est une clé essentielle pour exploiter ton potentiel.

C’est ce qui va te permettre de mettre ton énergie au bon endroit et de déléguer ce qui ne rentre pas dans ta zone de génie. Ainsi, tu pourras obtenir de bien meilleurs résultats, et ce, sans avoir à t’épuiser.

Mais alors, pourquoi agis-tu comme si tu devais absolument être une super-héroïne faisant preuve d’une force mentale incroyable ? 

Et bien, cela vient de ton mode de fonctionnement. On parle aussi de drivers. Il en existe cinq. J’aime bien les comparer à des pilotes clandestins. En effet, ces cinq façons de réagir face aux événements et à la vie en général, conditionnent nos réactions.

Chacun a ses propres modes de fonctionnement qui sont issus de nos croyances, de nos décisions passées, et de ce que l’on a retenu. Et c’est justement en prenant conscience de ces modes de fonctionnement que tu vas pouvoir avancer en ne gardant que ce qui t’est utile.

Pour le sujet qui nous intéresse ici, je te propose de creuser deux drivers : sois forte et fais des efforts.



Qu’est-ce qui se cache derrière ce “sois-forte” ?

La croyance

Sois forte. Cette phrase que tu as peut-être l’habitude de te répéter (ou d’entendre) est loin d’être anodine. Derrière ce “sois forte”, il y a une croyance qui t’ordonne de ne pas montrer tes émotions, car cela pourrait être dangereux. Tu penses que ton entourage pourrait profiter de cette faille. Alors tu évites à tout prix d’être prise en défaut.

Et ce comportement a des conséquences. D’une part, il te permet d’avoir des qualités très appréciables, d’autre part, certains points de vigilance doivent être mis en exergue.

Tes qualités et tes points de vigilance

Quand tu adoptes un mode de comportement “sois forte”, cela signifie généralement que : 

  • tu es appréciée pour ta grande vitesse d’exécution et ta forte puissance de travail ;
  • tu respectes tes engagements et tu prends des responsabilités ; 
  • tu inspires confiance ;
  • tu es tenace et résistante ;
  • les défis te stimulent, tu es une locomotive ;
  • tu résistes à la pression même si ça te ronge. 

Et là on commence déjà à toucher un point de vigilance ! Ce n’est pas normal que cela te coûte autant. 

Ainsi, ce “sois forte” finis par impacter négativement ta vie, car : 

  • tu vis en tension permanente et tu te surmènes ;
  • tu estimes, le plus souvent, qu’il vaut mieux ne pas montrer ce que tu penses et ce que tu ressens surtout si ce sont des incertitudes. C’est pour ça que tu caches autant tes faiblesses ;
  • tu aimes la compétition et prendre des risques parfois excessifs dans ta volonté de faire par toi-même ;
  • tu as du mal à admettre tes erreurs ;
  • tu as des difficultés à établir des liens, notamment parce que tu ne sais pas demander de l’aide. 

Résultat, tu finis par te couper de tes émotions.  Cela peut te faire paraître intolérante et rigide. 



Qu’est-ce qui se cache derrière “fais des efforts” ?

La croyance

Le sois forte est souvent suivi de : fais des efforts. C’est le driver des efforts qui s’exprime. Et il n’y a pas besoin d’être super calée en développement personnel pour comprendre que faire des efforts constamment va à l’encontre de ton énergie ce qui risque indéniablement de te conduire à l’épuisement.

Cette croyance, selon laquelle il faut faire des efforts, est assez insidieuse. Effectivement, il ne s’agit pas seulement d’agir, mais aussi de délivrer un effort continu, répété et laborieux. Dès lors, l’action ne s’arrête jamais. 

Ce qui est quasiment pervers c’est que le but n’est plus d’accomplir une action, mais de prolonger la tâche le plus longtemps possible, afin qu’elle soit plus difficile. Tu vas complexifier à outrance dans la simple idée que si c’est difficile, c’est mieux.

Or derrière tous ses efforts déployés, il y a une peur sous-jacente. La peur d’être jugée. Et, elle peut aussi te conduire à des attitudes de sabordage.

À ce sujet, il y a d’ailleurs une citation d’Aldous Huxley que j’aime beaucoup : « Ils s’intoxiquent de travail, afin de ne pas voir qui ils sont vraiment. ».

Il y a matière à réfléchir, tu ne trouves pas ?  Car derrière les qualités appréciées chez les personnes qui fournissent beaucoup d’efforts, il y a aussi des points de vigilance à ne pas négliger.



Tes qualités et tes points de vigilance

Si tu es du genre à fournir énormément d’efforts, probablement que : 

  • tu es inventive et créative ;
  • tu aimes d’investir dans de nouveaux projets d’autant plus s’ils sont grandioses et ambitieux ;
  • tu fais preuve d’une grande puissance de travail ;
  • on fait appel à toi pour les premières phases d’un projet pour explorer toutes les pistes ;
  • ton sens de l’humour est ton principal vecteur de communication.

Mais en contrepartie : 

  • tu ne termines pas tes projets, tu as même tendance à en accepter beaucoup pour être sûre de ne rien terminer ;
  • tu as de grandes difficultés à t’organiser. Tu te disperses, tu t’épuises et tu te compliques volontiers la vie ;
  • tu poses beaucoup de questions, et tu te noies dans les réponses ou les points de détail ;
  • tu ne profites pas des enseignements des expériences passées. Tu oublies et recommences à zéro ;
  • tu choisis toujours le chemin le plus compliqué et le plus difficile. 

Rien d’étonnant à ce que tu sois épuisée, à fleur de peau, sans la moindre patience.



Comment changer de mode de fonctionnement ?

Ces deux modes de comportement que sont “sois forte” et “fais des efforts” ont un point commun. Tu en fais trop, car tu ne vois pas ta valeur.

Quand tu penses “sois forte”, tu associes le fait d’avoir des failles au fait de ne pas savoir tout faire. Du coup, si tu n’arrives pas à tout gérer toute seule, tu penses que tu es nulle. Pourtant, être parfait et infaillible, c’est totalement utopique et inhumain ! 

D’autre part, quand tu te dis qu’il faut faire plus d’efforts, tu bloques sur les détails, tu te disperses et tu perds énormément d’énergie.

Alors, il faut que je te dise quelque chose de très important : tu n’es pas obligée de travailler beaucoup et dur. Tu as énormément de valeur, et tu n’as pas besoin d’en faire toujours plus pour le montrer.

Et oui, tu as la possibilité de choisir ce que tu fais et comment tu le fais. Personne n’attend de toi que tu sois sur tous les fronts à tout gérer toute seule. Mais pour accepter cela, tu as besoin de te rendre compte de ta valeur. C’est sur ce chemin que j’accompagne les entrepreneures aujourd’hui, car ton état d’esprit est déterminant.

D’ailleurs je te propose de terminer avec un petit exercice mindset : 

  • prends une feuille et un stylo ;
  • liste ton mode de fonctionnement actuel ;
  • trouve une phrase pour canaliser tes actions quand tu vois que tu retombes dans tes travers.


Par exemple, si tu sais que tu as tendance à tout complexifier et à vouloir tout faire seul, tu peux écrire : j’exprime mes émotions et mes besoins. Je demande de l’aide. Je peux réussir et que ce soit simple. Je fais une chose à la fois. Je délègue ce qui a besoin de l’être.

 

Sois forte ne signifie pas que tu dois aller à l’encontre de toi-même en faisant énormément d’efforts. Ce sois forte, peut se transformer en la recherche et l’expression de ta force naturelle. C’est en misant sur tes qualités et sur ta zone de génie que tu pourras avancer sans t’épuiser. Et pour cela, tu dois commencer par apprendre à te connaître. Nous pouvons faire ce chemin ensemble si tu le souhaites.

 

Sois forte : l’injonction parfaite pour finir totalement épuisée et découragée